Gabin et Felix Richoux

Gabin et Felix Richoux

Domaine Richoux – Irancy
 

Gabin et Felix Richoux
 
Domaine Richoux – Irancy
 

portraits

Il y a une fraîcheur à écouter Gabin et Felix Richoux décrire leur travail dans la vigne, à raconter l’histoire du domaine familial qui produit du vin depuis 1620 et à évoquer l’avenir. Le sourire est sur les lèvres pour raconter aussi bien les joies des bonnes années que les caprices de la nature mettant à mal dix-huit mois de dur labeur. Nul doute que, au milieu des rang des vignes, lors des hivers vigoureux, les périodes de gel sont vécues gravement. Mais les deux frères ne se découragent pas aussi facilement. Surtout, ils ont la passion de leur métier que leur ont enseigné leur parents Thierry et Corinne Richoux. Surtout, ils savent qu’ils ont la chance de produire un vin d’exception, à l’appellation mondialement connu, l’Irancy.

Le bonheur est dans les vignes

Travailler en plein air, dans des conditions optimales, en famille, ne peut que les galvaniser. Gabin et Félix l’apprécient au quotidien. Rien n’entame leur bonheur de jeunes vignerons. Si un problème se présente, il faut l’affronter ou le contourner. Bref, le surmonter en ayant toujours à l’esprit son objectif : faire honneur à la terre et aux traditions. Car la jeunesse n’est pas synonyme de table rase. Au contraire, c’est la réception d’un héritage qu’il faut savoir entretenir et développer. Au domaine Richoux, on vendange à la main, en fonction de la maturité de chaque parcelle. L’ébourgeonnage et l’aération des sols font l’objet de la plus grande attention.

Leurs parents ont montré la voie en adoptant en 2010 une démarche biologique. Cette démarche qualitative inspire les deux jeunes gens à la recherche d’une qualité sans cesse renouvelée. Être frères leur permet d’anticiper les besoins de l’autre à tout instant. Cette complémentarité, forgée dès leur plus jeune âge, est aujourd’hui mise au service du domaine au quotidien.

Deux frères, une philosophie

Gabin et Félix ont l’avenir devant eux. Ils savent que l’on ne fait jamais totalement ses preuves tant qu’on n’a pas transmis son savoir-faire car c’est cette transmission qui consacre un vigneron. C’est ce qu’ont réussi leurs parents. Mais pour l’heure, loin de ces considérations, ils sont tout à l’heure vigne, à parfaire leurs techniques et leurs connaissances car tout ne s’apprend pas à l’école, aussi excellant que soit l’enseignement délivré.

Articles connexes
Florian GUILBERT

Florian GUILBERT

RELAYEUR DE LA FLAMME OLYMPIQUE – « C’est une récompense pour tous les éducateurs de mon milieu et je suis fier de pouvoir les représenter. »

2560 1280 Yonne 2024
Annick PICARD

Annick PICARD

RELAYEUR DE LA FLAMME OLYMPIQUE – « Triple casquette pour cette jeune retraitée ! »

750 752 Yonne 2024
Agenda
La solitude du coureur de fond

La solitude du coureur de fond

Vendredi 31 mai 2024

1181 1659 Yonne 2024
Aïe Aïe Aïe, c’est pas vrai !

Aïe Aïe Aïe, c’est pas vrai !

Mercredi 5 juin 2024

1300 866 Yonne 2024
794 750 Yonne 2024
Partager l'article